Le Bain des Orcs Reluisants Index du Forum Le Bain des Orcs Reluisants
Le Forum Du Club De Jeux Aux Orcs Reluisants
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Pas de Wakizashi après vos Prières du Soir - topic de jeu
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le Bain des Orcs Reluisants Index du Forum -> Pleine Lune - New Generation
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Not Quite Dead
______________________
______________________


Inscrit le: 04 Juil 2005
Messages: 1034
Localisation: En plein TESCS

MessagePosté le: Mar Aoû 02, 2011 5:33 pm    Sujet du message: Pas de Wakizashi après vos Prières du Soir - topic de jeu Répondre en citant


Yoshitoshi Tsukioka, Kenshin dans son camp, avant la bataille, 1890

Le moment que Sekisawa Kenshin redoutait était arrivé.

Il était plus que temps pour le général de rédiger un rapport à l'attention du shōgun: différer davantage son envoi aurait très certainement des conséquences... désagréables. Tokugawa Iemitsu entendait en effet mettre au plus vite les daimyō au pas, Otsugawa Ken'ichi compris. Cette campagne aurait dû être réglée depuis la Montée des Epis et il était de notoriété publique que, tout comme son aïeul, Iemitsu détestait attendre.

Détournant son regard de la citadelle qui persistait à le narguer malgré deux mois de siège acharné, de violents assauts et d'une canicule qui mettait même ses hommes à rude épreuve, le général considéra avec résignation le rouleau de soie encore vierge de tout kanji. Par où commencer, kamis tout puissants?

Son pinceau était encore en suspens lorsque le sifflement caractéristique d'une flèche se fit entendre. Celle-ci se brisa sur une pierre à quelques shakus à peine du général Sekisawa.

Un tireur optimiste?

Une soudaine impulsion -ou la tentation de différer pour quelques secondes encore le supplice du rapport au shōgun- incita Kenshin a désigner du doigt les tronçons du projectile.

« Hai! »

Un lancier se précipita à portée de tir et s'empara de la flèche brisée avant de revenir s'agenouiller devant son général, élevant au-dessus de sa tête le meurtrier fétu.

Le message qui y était enroulé dessina sur les lèvres de Sekisawa Kenshin un sourire que les proches du daimyō Otsugawa auraient trouvé de fort mauvais augure.

Quelques instants plus tard, un courrier à destination d'Edo quittait les lieux au grand galop.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Not Quite Dead
______________________
______________________


Inscrit le: 04 Juil 2005
Messages: 1034
Localisation: En plein TESCS

MessagePosté le: Ven Aoû 05, 2011 8:15 am    Sujet du message: Répondre en citant

Dramatis personae:

- Alazhred: Asahina Seguzawashi, jeune samurai poète - vainqueur de la partie et était l'amouracheur
- darkrouge: Oniji, orphelin recueilli par le shushō Furuimatsu - vainqueur de la partie et était le marchand de sable
- delalio: Tetsuo, samurai expert en kyūdō - empoisonné par les ninja bien que félon
- Djimne: Akiko, jeune miko - vainqueure de la partie et était la voyante
- Elenwel: Etsukazu Kawase, prêtre shinto - ninja condamné par les assiégés puis emporté par Oinari
- Itchi: Itchi, samurai-ko - assassinée par les ninja et était innocente.
- Kibelir: Yosuke Satsuma, samurai imperturbable - exécuté par les assiégé et était un ninja
- Kira - innocente éliminée par le conteur.
- kritos: Rikyu, moine préposé au thé - décapité, mais innocent

- Mr.Pie: Shinichi Edogawa, moine-guerrier amoureux de Toki - vainqueur de la partie et était un villageois
- Psyko: Yuko Kitano, libraire - vainqueure de la partie et était la milice
- Sang Real: Almirante Bartholomeu Colombano Feliciano Delacruz, gaijin marchand d'armes - décapité, mais innocent
- Taloche: Toki, cuisinière amoureuse de Shinichi Edogawa, vainqueure de la partie et était la voisine indiscrète

Rôles distribués:
Parmi les joueurs se trouvent un(e) voyant(e); la milice; un(e) voisin(e) indiscret/ète; un(e) marchand(e) de sable; un(e) félon(ne); un(e) amouracheur/euse ainsi qu'un certain nombre de villageois(e). La présence de loups-garous -ou plutôt de ninjas, en l'occurrence- n'est pas à exclure.

Pour cette partie, d'éventuels amants auront le droit de se concerter et de communiquer entre eux, mais uniquement sur l'oreiller, c'est-à-dire du coucher du soleil au lever du soleil (IG).

Délai:
Je vous laisse un peu de temps pour vous ébattre librement, présenter vos personnages et faire le tour du propriétaire. L'élection d'un nouveau shushō (qui fera office de secrétaire particulier du daimyō) aura lieu dimanche.

Immunité premier tour:
Ayant été éliminée au premier tour de la dernière partie, Djimne bénéficie d'une immunité pour le premier tour de jeu.


Dernière édition par Not Quite Dead le Mar Aoû 16, 2011 10:03 pm; édité 15 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Alazhred



Inscrit le: 01 Juil 2010
Messages: 117

MessagePosté le: Ven Aoû 05, 2011 10:06 am    Sujet du message: Répondre en citant

La manche de son kimono relevée, Asahina Seguzawashi terminait le dernier kanji de sa calligraphie. Jeune et beau, les cheveux ramenés en chignon comme tout samurai, il arborait un kimono de couleurs bleu et blanc et les insignes de son école.

Le haiku n'était toujours pas satisfaisant à son goût. Il aplanit le sable, terminant par le mot "loup" et médita un instant dans la plus parfaite immobilité.

Son sensei lui avait appris à s'approcher en toute chose de la perfection. Parfois, il se demandait si tout ceci avait vraiment un sens. En effet, l'art du haiku supposait de rédiger un souffle évocateur, un poème sur l'évanescence de la vie et de l'univers. Pourquoi cela prenait-il alors tant de temps de capturer et livrer la fugitivité ?

Seguzawashi se saisit de son daisho, qui reposait à côté de la plaquette de sable. Il se redressa et le fixa à son obi. S'il brûlait d'honorer l'école d'art Asahina, son daimyo exigeait également de lui d'autres devoirs et son appel ne souffrait pas de retard. Le palais était assiégé et le katana de Seguzawashi n'avait pas encore été teinté de sang depuis son gempukku encore récent. Il se demandait encore comment l'éviter, quand bien même il excellait à l'art du Iaijutsu encore plus qu'à celui du Haiku.

Il avait bien ouïe dire qu'on médisait dans son dos sur son jeune âge et la préférence qu'il donnait à la poésie au détriment des arts martiaux. Cela ne le dérangeait toutefois pas. Même en temps de guerre, un samurai se devait de rechercher l'illumination, de s'élever au-dessus du bas peuple et d'exceller en toutes choses. De plus, sa poésie était particulièrement appréciée à la cour...

Il quitta le temple et se dirigea lentement vers la grande salle où le conseil allait se réunir.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taloche



Inscrit le: 31 Juil 2011
Messages: 28

MessagePosté le: Sam Aoû 06, 2011 2:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Dans les cuisines, Toki s'affairait. Seule au milieu des ustensiles et des quelques vivres qu'il restait, elle avait une lourde tâche : nourrir ceux qui restaient, tout en essayant de ne pas vider la réserve. Toki grogna instinctivement. La réserve... C'est qu'elle en attirait des affamés... Mais la jeune femme vivante, personne n'en approcherait. C'est que c'était important la nourriture, surtout dans ces conditions...
Nouveau grognement, plus doux cette fois. Ah, Sushi Sensei avait raison... Ce n'était pas une mince affaire de gérer une cuisine... Et elle qui se moquait de lui... Comme elle regrettait maintenant... Ils lui manquaient tous... Même quand ils l'appelaient Toki la Douce en ricanant... Elle n'avait jamais su pourquoi d'ailleurs. Était-ce pour la douceur de ses sucreries à la pâte de haricots rouges ou ironiquement à cause de la force de son curry ? Toki soupçonnait plutôt le curry... C'est vrai qu'elle avait la main généreuse dans le mélange des épices... Mais après tout, le curry, ça devait vous tenir au corps...

La jeune femme leva soudain la tête. Il commençait à faire sombre... Les mains et surtout l'esprit occupé, elle avait presque oublié le conseil... Vite, elle ne devait pas trainer ! Déjà qu'elle était impressionnée d'y être conviée... Il ne manquerait plus qu'elle se fasse remarquer.
Pas même le temps de grommeler, Toki se dirigea en toute hâte vers la grande salle.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Djimne



Inscrit le: 27 Juil 2007
Messages: 214

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 12:37 am    Sujet du message: Répondre en citant



Appuyée sur le balai avec lequel elle nettoyait le parvis du temple, Akiko scrutait le ciel. Elle savait qu'elle n'avait pas terminé sa tache, mais quelque chose la préoccupait. Ses yeux noirs semblaient chercher au milieu des nuages une réponses à ses craintes, mais elle ne vit qu'un oiseau clair qui se hâtait de rejoindre le nid où piaillaient ses petits. La jeune Miko poussa un profond soupir et rentra. Elle rangea soigneusement son balai, réajusta le ruban pourpre qui maintenait ses cheveux et vérifia le nœud de son hakama rouge. Puis elle rechaussa ses geta et prit le chemin qui descendait au cœur de la citadelle. Le prêtre lui en voudrait peut être d'avoir interrompu le ménage mais il fallait qu'elle sache d'où venait l'agitation qu'elle sentait dans l'air.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kibelir
_______________________
_______________________


Inscrit le: 04 Juil 2005
Messages: 537
Localisation: Quelque part

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 9:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

Yosuke Satsuma avait passé la journée à s'entrainer. En tant qu'honorable samouraï, Yosuke avait à coeur de parfaire son art dès que l'occasion se présentait. Après avoir rangé son katana et son wakizashi, il rangea soigneusement son armure d'entrainement et se dirigea vers la salle du conseil.

La situation actuelle le mettait mal à l'aise même s'il n'en laissait rien paraître. Cela faisait déjà deux mois que le siège avait commencé, sans grand succès jusqu'ici, et voilà qu'aujourd'hui le conseil était convoqué... Il devait se passer quelque chose de grave...

Yosuke marchait calmement vers la salle du conseil, l'esprit en alerte mais le pas tranquille et sûr. Les années de pratique du bushido lui avait donné cette tranquillité d'esprit. Il savait qu'il pouvait mourir dans la bataille, mais il savait que si cette mort arrivait, elle serait juste et il la prendrait avec le sourire, comme l'exigeait les enseignements du bushido.


Dernière édition par Kibelir le Dim Aoû 07, 2011 4:29 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr.Pie



Inscrit le: 04 Juil 2005
Messages: 374

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 9:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

Shinichi Edogawa s’approchait silencieusement de sa cible, se fondant dans l’obscurité de l’aube. Arrivé à proximité de son objectif, il lui administra une manchette en lâchant un « Aya » de circonstance. Le mannequin de paille ne tressaillit pas. Il avait bien songé à lui envoyer un mawashi geri mais la technique lui échappait encore.

En ôtant sa cagoule noire, il comprit que les habits de ninja ne lui convenaient définitivement pas, même si le noir lui donnait une certaine classe. Le Sōhei marqua un temps puis entrepris d’aller revêtir son kimono beige pour aller se recueillir au temple bouddhiste.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Not Quite Dead
______________________
______________________


Inscrit le: 04 Juil 2005
Messages: 1034
Localisation: En plein TESCS

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 9:59 am    Sujet du message: Répondre en citant



La pie-grièche aperçue par la miko nichait dans le jardin du daimyō. Malgré les alarmes de la guerre, elle était restée au château pour nourrir, avec son compagnon, sa seconde nichée. Nichée que la faim semblait tenailler davantage encore que les assiégés, fantômes hagards pour la plupart d'entre eux.

Certains convergeaient à présent vers la grande salle du château où les bushi étaient attendus par Furuimatsu Minoru, le shushō. Quelques serviteurs s'étaient faufilés dans les jardins, poussés par la curiosité. Les gardes, logés à la même enseigne, toléraient leur présence pour peu qu'elle fût discrète.

Le secrétaire du daimyō semblait plongé dans une profonde méditation et ne daigna pas répondre aux salutations des samurai qui s'installèrent, mal à l'aise. Alors que le silence se prolongeait, leur mauvaise humeur s'accentua et certains se risquèrent à murmurer. Il y eut quelques toux qui furent traitées avec une semblable indifférence, avant que l'un des guerriers présents ne se risquât à s'adresser directement au shushō:

« Shitsurei shimashita, Furuimatsu-sama! s'excusa-t-il. Veuillez pardonner mon audace, mais... attendons-nous son excellence le daimyō Otsugawa-sama? N'est-il pas toujours alité? »

Nulle réponse.

Un autre samurai se leva avec force courbettes et s'approcha du shushō. Celui-ci s'était-il endormi? Il n'était pourtant pas un vieillard!

« Masaka! Impensable! » Il se releva d'un bond et s'adressa à l'assemblée, foudroyée: « Furuimatsu-sama n'est plus! »

Tandis que les hommes se précipitaient vers le cadavre, la pie-grièche s'envola à nouveau, malgré l'épuisement. Cette nichée-ci était insatiable. Son compagnon et elle avaient beau chasser nuit et jour, ils étaient toujours accueillis par une myriade de bouches toujours ouvertes.

A tire-d'ailes, la rumeur se répandait à travers la citadelle: « On a empoisonné notre shushō! »

Dans le nid, le coucou fugitif ouvrit son bec et déploya les bouches factices de son cou. La vie était belle.

[HRP]Compte tenu du nombre restreint de participant s'étant pour l'heure manifestés, l'élection du nouveau shushō est repoussée à lundi midi. Vous pouvez bien sûr d'ores et déjà proposer un candidat (vous ou un autre), et annoncer votre vote par une phrase en gras.[/HRP]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Elenwel



Inscrit le: 27 Juil 2011
Messages: 28
Localisation: sous un pommier

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 11:59 am    Sujet du message: Répondre en citant


Etsukazu Kawase méditait dans le Honden du temple. Oh ce n'était pas un bien grand sanctuaire mais Oinari avait sa place ici. Et un très grand appétit, ainsi qu'une soif insatiable. L'aube se levait paisiblement et il était grand temps de remplacer le plateau d'offrande de la veille, que le riz soit fumant et souple et le sake bien chaud.

Le shinsoku savait bien que bientôt il n'y aurait plus de riz pour les hommes et que le sake avait depuis longtemps disparut de la cuisine, mais Oinari avait faim et soif, et le prêtre devait veiller à ce que son bol soit remplis et sa coupe pleine. Oh oui, car si Oiniri frappait la forteresse d'un tatari la prochaine récolte allait être bien mauvaise... Et puis, le shinsoku s’accommodait fort bien des restes laissés par le kami.


Dernière édition par Elenwel le Dim Aoû 07, 2011 8:57 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sang Real



Inscrit le: 18 Avr 2010
Messages: 17

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 1:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En cette aube de l’an de grâce 1633 – calendrier non hérétique – Almirante Bartholomeu Colombano Feliciano Delacruz ouvrit les yeux et jeta alentour un regard qui était celui des fous, et qui eut pu attester des tourments nocturnes dont souffrait le marin portugais, depuis qu’il eut le malheur de fouler la terre du « fils du ciel. »

L’estampe qui se dressait au pied de son tatami semblait vouloir le convier à quelque dionysiaque vacation, mais la figure de la madone, qui trônait placidement au centre de la pièce, la face orientée vers l’ouest, mit heureusement fin à ces matinales inclinations.

De la pointe de sa rapière, Almirante griffonna sur le sol une nouvelle marque : le siège, hélas, promettait de s’éterniser. Il leva ensuite son épée, à l’écoute de la mélodie que produisait l’objet, lorsqu’il fendait l’air : lui, savait bien que l’acier nippon n’atteindrait jamais la perfection qui était celle des lames de Tolède.

Voilà trois ans que le marin parcourait l’archipel, ouvrant des comptoirs ça et là, les refermant parfois aussitôt, mais procurant avec toujours la même assiduité l’arme qui promettait aux nippons l’accès à la civilisation : la divine arquebuse.

Les habitants de Cipangu s’entendaient prodigieusement à massacrer leur prochain, et de ce côté-là, n’avaient rien à envier aux Européens. Il paraissait donc légitime pour un honnête marchand lusitanien de faciliter au mieux les penchants de sa clientèle.

Les pensées de l’aventurier furent bientôt interrompues par l’intrusion d’une servante, qui feignit fort habilement un succédané de déférence : on requérait les compétences militaires du portugais en matière de siège.

Almirante jeta un dernier regard par l’ouverture qui lui tenait lieu de lucarne, et lâcha, dans un parfait patois galicien :

« Idiota ! Comment as-tu pu te laisser enfermer entre les quatre murs de cette forteresse ! »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Djimne



Inscrit le: 27 Juil 2007
Messages: 214

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 3:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Akiko, qui était entrée avec d'autres dans les jardins du château eu un sursaut en apprenant la terrible nouvelle. D'abord la maladie qui frappait le daymio, et maintenant l'empoisonnement du shusho !
"Kami! laissa t-elle échapper. Qu'allons nous donc devenir si tu laisse ainsi l'ennemi frapper le cœur de la cité?"
Comme a chaque fois qu’elle était anxieuse, la jeune femme cacha ses mains dans les larges manches de son kimono blanc et ferma les yeux...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Alazhred



Inscrit le: 01 Juil 2010
Messages: 117

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 4:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Seguzawashi ferma les yeux et soupira. L'acte abject de l'utilisation du poison était indigne d'un samurai. Des têtes allaient tomber, et tous seraient concernés, alors même que la situation ne se prêtait pas à une enquête.

Il caressa la garde de son wakizashi. Quelle serait la première tête à tomber ? Comment décider le moment venu ? Et est-ce que cela ne serait pas jouer le jeu de l'ennemi ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kibelir
_______________________
_______________________


Inscrit le: 04 Juil 2005
Messages: 537
Localisation: Quelque part

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 4:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Yosuke Satsuma n'avait pas cillé, il était resté calme durant toute la réunion et la constatation de la mort du Shusho. Ainsi en avaient décidé les kamis. Mais cette mort n'était pas digne d'un samuraï et encore moins pour un Shusho.

Le Shusho devait être vengé et son honneur lavé dans le sang.
Mais le calme était de rigueur, la précipitation entraine l'erreur, et l'erreur, la mort.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Djimne



Inscrit le: 27 Juil 2007
Messages: 214

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 8:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Profitant de l'agitation provoquée par la nouvelle, akiko s'était faufilée à l’intérieur de la salle du conseil. Ayant constaté de ses yeux la mort du shusho, elle soupira.
"Et maintenant? demanda t'elle comme pour elle même, qui va oser prendre sa place auprès du daymio-sama ?"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taloche



Inscrit le: 31 Juil 2011
Messages: 28

MessagePosté le: Dim Aoû 07, 2011 8:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Toki était elle aussi arrivée dans la salle du conseil et avait ainsi appris la terrible nouvelle... La jeune femme avait alors porté ses mains à sa bouche pour atténuer un cri. La situation était critique, tout le monde en avait conscience, mais la mort du Daymio était vraiment un funeste présage...
La stupeur passée, Toki rabaissa ses mains et laissa son regard parcourir l'assistance. Tous étaient là, ou presque... Qu'allait-il se passer maintenant ? Ils ne pouvaient pas rester comme ça... Sans défense...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le Bain des Orcs Reluisants Index du Forum -> Pleine Lune - New Generation Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
Page 1 sur 9

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com